Shop Mobile More Submit  Join Login
Ainsi était La Triple Essence du Tout, la Trinité Absolue, Néant, Infinie et Éternitée.
En ces temps anteprimordiaux seule existait La Triple Essence et rien d'autre.

Si l'entité triple était une Trinité Parfaite,
Infinie, éprise d'Eternitée méprisait Néant
Eternitée, éprise de Néant méprisait Infinie
Néant, éprise d'Infinie méprisait Eternitée
Leurs Amours mutuelles les unissaient en Trinité Parfaite et Absolue
Leur Mépris mutuelles les repoussaient en Trinité Parfaite et Absolue

A la fois Triple et Unique, leur essence englobait tout ce qui était.
Endormie sur elle-même la Trinité Parfaite rêvait.

Du choc des Amours et des Mépris naquit le Rêve
Le Rêve était à l'image de la Trinité Parfaite, un néant infini et éternel.
Mais confronté aux Amours et aux Mépris, son équilibre se troubla.
Du trouble de son équilibre naquit Chaos.
Et Chaos envahit le Rêve, emportant les Amours et les Mépris.
Imperfection née de la Perfection, Chaos s'y opposa brutalement.

Les Amours de par leur nature profonde s'opposèrent à Chaos.
Mais elles n'avaient jamais connu que leur Mépris mutuelle et ne savaient que faire face à Chaos.
Alors par amour pour la Trinité Parfaite les Amours s'unifièrent pour faire face.
Mais ce fut insuffisant face à la puissance de Chaos et elle les emporta dans sa fureur.
Les Mépris de par leur nature profonde s'opposèrent à Chaos.
Mais elles n'avaient jamais connu que leur Amour mutuelle et ne savaient que faire face à Chaos.
Alors par mépris pour Chaos les Mépris s'unifièrent pour faire face.
Mais ce fut insuffisant face à la puissance de Chaos et elle les emporta dans sa fureur.

Alors Chaos déversa le chaos sur les Amours et les Mépris.
Témoins de leur impuissance, submergées, les Amours éprouvèrent du mépris pour Chaos.
Et Chaos fit naître le chaos dans leur coeur.
Et l'union des Amours se brisa.
Et les Amours s'unirent à Chaos, donnant naissance à Passion, Frénésie, Fureur, Egoïsme, Narcissime et Avidité et Perversion.
Témoins de leur impuissance, submergées, les Mépris éprouvèrent de l'amour pour la Trinité Parfaite.
Et Chaos fit naître le chaos dans leur coeur.
Et l'union des Mépris se brisa.
Et les Mépris s'unirent à Chaos, donnant naissance à Haine, Fureur, Peur, Violence et Silence.

Passion et Haine, Pitié et Fureur, Compassion et Violence, Obsession et Peur , Avidité et Silence se déchaînèrent, amplifiant le chaos.
Alors Chaos étendit son emprise sur Le Rêve.

Le Rêve convulsa.
Chaos avait empli en lui le néant, l'infini et l'éternitée.
La convulsion du Rêve se propagea à la Trinité Parfaite
Leur opposition brutale engendra le Conflit Primordial
Ainsi apparut Nemesis, l'adversaire total et absolu.
Nemesis plongea au cœur même du Rêve,
Et de toutes ses forces, il le frappa jusque dans ses racines fondatrices.

Alors il y eu une éruption dans le néant.
Cette éruption était l’Origine, la Matrice.
Son apparition au cœur du néant le terrassa
Car maintenant il existait quelque chose,
Et par cette existence Néant n’était plus.
Sa naissance brisa l’infini et l’éternité
Car maintenant il existait quelque chose,
Et par cette existence nouvelle l’ère de la seule existence de la Trinité Parfaite était révolue
Infini pouvait ainsi connaître une fin
Éternité pouvait ainsi atteindre un terme

De la matrice originelle jaillirent Chaleur et  Froid.
Chaleur exprima sa fureur et hurla.
Son cri transperça l’infini de part en part.
Son expression fut Lumière.
Et elle éclata en un immense océan de chaude lumière qui transperça le néant.
Sa chaleur était l’originelle capable de tout dévorer.
Elle étendit sa lumière sur le néant et le dévora.
Froid quant à elle resta silencieuse.
Son silence sonda l’éternité de part en part.
Son expression fut Ténèbres.
Elle éclata en un immense champ de froides ténèbres qui fit barrage à l’océan de lumière.
Son froid était l’originel capable de tout figer.
Elle étendit son ombre sur le néant et le figea.

Ainsi Chaleur et Froid avaient emplies le néant.
Elles l’avaient repoussé aux confins de l’infini et de l’éternité.
Partout où la lumière portait, le néant n’était plus.
Partout où les ombres portaient, le néant n’était plus.
Alors elles se retournèrent l’une contre l’autre.
La lumière transperça les ombres tandis que les ombres étouffèrent la lumière.
La chaleur dévora le froid tandis que le froid figea la chaleur.
Il y eu une nouvelle terrible convulsion.
Et tout s’arrêta.
Une clé de voûte naquit de la puissance du choc.
Un équilibre nouveau se forma.

Kamilia ouvrit les yeux sur l’océan de chaleur figée et souffla dessus.
Son souffle raviva Chaleur qui fit liquéfia le froid cristal qui la figeait.
Et les ombres liquéfiées s’étirèrent en une marée qui partout se leva.
Et les ombres en marée recouvrirent  la Voûte.

Kamilia ouvrit les yeux sur le champ de froid dévoré et posa sa main dessus.
Son contact raviva Froid qui fit éclater la chaleur lumineuse qui la dévorait.
Et d’innombrables étincelles de lumières piégées dans ses fragments en jaillirent.
Et les innombrables étincelles illuminèrent la Voûte.

Kamilia ouvrit les yeux sur l’Origine et son regard plongea au-delà.
Sa vue contempla ce qu’il restait du néant, de l’infini et de l’éternité
Et elle alla au bord du gouffre pour contempler l’Abîme.
Et du fond du gouffre, l’Abîme la contempla.

Kamilia reconnu en Chaleur et Froid les infants de la Nemesis
Kamilia contempla Chaleur et Lumière dont le cri avait frappé l’infini
Kamilia contempla Froid et Ombres, dont le silence avait sondé l’éternitée
Pour satisfaire Froid et Ombre, elle leur permis de figer un peu de Chaleur et de Lumière.
Ainsi nulle Lumière ne pouvait plus porter jusqu’à l’Infini.
Pour satisfaire Chaleur et Lumière, elle leur permis de dévorer un peu de Froid et d’Ombres.
Ainsi nulle ténèbre ne pouvait plus s’étirer éternellement.

Chaleur et Froid commencèrent alors à tourner autour de la Clé de Voûte.
Une longue danse où elles passaient tour à tour devant Kamilia
A chaque tour Chaleur dévorait un peu plus de Froid.
Et dans ses rondes elle emportait à sa suite la mer de ténèbres.
A chaque tour Froid figeait un peu plus de Chaleur.
Et dans ses rondes elle emportait à sa suite l’infinité de fragments de lumières.

Mais l’attirance de Chaleur pour Froid était brulante.
Et déjà elle étirait ses innombrables bras de lumière sur Froid.
Les plongeant dans ses ombres afin de les dévorer.
Mais la répulsion de Froid envers Chaleur était glaciale.
Et déjà elle étirait ses champs d’ombres cristallines sur Chaleur.
Les opposants à ses lumières afin de les figer.

Alors l’Abîme observa la Clé de Voûte.
Et la Clé de Voûte observa l’Abîme.
Kamilia reconnu en Froid et Chaleur les infants de la Némésis.
Et la Clé de Voûte s’éleva au dessus de l’Abîme.
Et la Clé de Voûte s’éleva au dessus de l’Origine.

Kamilia répondit au cri de Chaleur par un chant
Et sa mélodie perturba le cri
Kamilia répondit au silence de Froid par un chant
Et son rythme perturba le silence

Par son chant Kamilia lia l’essence de Chaleur dans les innombrables fragments de lumière.
Et leur lumière devint chaude
Et leur lumière ainsi ravivée illumina la Voûte jusqu’à ses confins.
Par son chant Kamilia lia l’essence de Froid dans la mer de ténèbres.
Et les ténèbres devinrent froides
Et leurs ombres enveloppèrent la Voûte jusqu’à ses confins.

Chaleur et Froid dansaient au rythme et à la mélodie du chant de la Clé de Voûte
Chaleur modulait son cri pour atteindre à la mélodie du chant.
Froid modulait son silence pour faire écho au rythme du chant.
Et pour la première fois Froid et Chaleur cherchèrent un but commun.
Et pour la première fois Froid et Chaleur recherchèrent l’Harmonie.
Et le cri de Chaleur devint chant.
Et le silence de Froid devint point d’orgue.

Harmonie naquit au cœur de Froid et Chaleur.
Et sa naissance terrassa le Chaos qui hurlait dans leur cœur.
Et Harmonie enveloppa Froid et Chaleur.
Et de leur union naquit l’Ether.
Kamilia s’avança au dessus d’Origine.
Kamilia plongea son regard dans l’Origine et y trouva le Chaos
Kamilia s’en empara et le jeta au fond de l’Abîme.

La Clé de Voûte se déplaça
Kamilia observa l’Abime au fond de la Voûte.
Et l’Abîme observa La Clé de Voûte.
Et la Clé de Voûte se plaça au dessus de l’Abîme.
Kamilia observa l’Ether qui emplissait la Voûte.
Et l’Ether observa la Clé de Voûte.
Et la Clé de Voûte se plaça au dessus de l’Ether.
Kamilia observa la Voûte.
La mer de froides ténèbres qui la recouvrait.
Les innombrables fragments de chaude lumière qui l’illuminaient.
Et la Clé de voûte se plaça sur la Voûte.

Kamilia étira son regard, son souffle et ses bras sur l’Abîme
Kamilia embrassa son existence et son essence
Et la Clé de Voûte s’unie à l’Abîme.
Kamilia étira son regard, son souffle et ses bras sur l’Ether
Kamilia embrassa son existence et son essence
Et la Clé de Voûte s’unie à l’Ether.
Kamilia étira son regard, son souffle et ses bras sur l’Harmonie
Kamilia embrassa son existence et son essence
Et la Clé de Voûte entra en Harmonie avec l’Abîme et l’Ether.

La Clé de Voûte était maintenant au centre de l’équilibre
Un nouvel équilibre triple
Composée de l’Abîme, de la Voûte et de l’Ether
Chacune des trois était multiple mais unique
Elles étaient toutes trois identiques mais différentes
Chacune des trois était complémentaire de l’autre
Elles étaient toutes trois antagonistes par leur nature
Chacune des trois était liée à l’autre
Et ces liens imprimaient un mouvement sur la Voûte.

Les ténèbres glaciales qui couvraient la Voûte furent alors saisies de marées
Et elles emportèrent dans leur mouvement les innombrables fragments de chaude lumière
Car elles étaient l’Expression Originelle de Froid et Chaleur,
Elles s’acquittaient du don de la Clé de Voûte
Et les fragments de lumière chaude dévoraient les froides ténèbres
Et la mer de froides ténèbres figeait les lumières chaudes
Poursuivant la danse entamée par leurs Essences.

Et cette danse en Harmonie répondait aux pulsations de l’Abîme
Et cette danse en Harmonie répondait aux échos de l’Ether
Kamilia rassembla alors les Mépris et les Amours
Kamilia posa sur elles son regard et son souffle
Kamilia les enveloppa alors de ses mains
La Clé de Voûte sépara en deux les Mépris et les Amours
De la moitié des Mépris Kamilia fit un fût
De la moitié des Amours Kamilia fit une peau
La Clé de Voûte tendit la peau sur le fût et en fit un tambour
De la moitié des Mépris Kamilia fit une baguette
De la moitié des Amours Kamilia fit une baguette
La Clé de Voûte s’empara des deux baguettes et frappa le tambour.

Les fragments de chaude lumière et la mer de froides ténèbres entendirent le Rythme
Et elles entrèrent en Harmonie avec le Rythme
L’Abîme et l’Ether résonnèrent des échos du Rythme
Et elles entrèrent en Harmonie avec le Rythme
Et les fragments de chaude lumière et la mer de froides ténèbres continuèrent leur danse
Les chaudes lumières transperçant les froides ténèbres
Les froides ténèbres absorbant les chaudes lumières
Défilant devant la Clé de Voûte en Rythme et en Harmonie.
Ainsi naquit le Temps.

Kamilia contempla la Voûte
Son regard se posa sur l’ensemble de ce qu’elle contenait.
Kamilia appela l’ensemble du contenu de la Voûte Cosmos
Son regard se posa sur les innombrables fragments de chaude lumière.
Kamilia appela les fragments de chaude lumière Etoiles.

La Clé de Voûte contempla la danse des Etoiles au sein du Cosmos
La danse marquée du rythme du Temps.
Et elle entendit le chant de chacune des étoiles qui vibrait à l’unisson des autres.
Chacune avait un chant unique, écho du chant de la création d’Harmonie
Et toutes elles formaient un chant unique, mélodie pure parmi toutes.

De tous ces chants, l’un attira l’attention de la Clé de Voûte.
Kamilia s’approcha d’un chœur d’étoiles qui chantaient à l’unisson.
Parmi toutes elle fut touchée par le chant mystérieux et profond de l’une d’elle.
Kamilia s’approcha de l’étoile la plus belle qu’elle avait pu observer et entendre.
Une grande étoile magnifique qui emportait dans sa danse une sœur cadette.
Kamilia fut émerveillée par l’Harmonie de leur danse.
Elle appela la grande étoile Hylien-Re, la Divine Mère
Elle appela la petite étoile Loga-Re, la Divine Fille

Kamilia étira ses mains et assembla les poussières d’étoile qui flottaient
Résidus de la résurrection de Froid elles conservaient la chaude puissance de Chaleur.
Kamilia étira ses mains et préleva de la froide et sombre matière qui couvrait la Voûte
Résidus de la résurrection de Chaleur elle conservait la glaciale inertie de Froid.
Kamilia referma ses mains l’une sur l’autre.
La chaude puissance embrasa la sombre matière et naquit le Feu Originel.
La glaciale inertie figea la chaude poussière d’étoile et naquit la Glace Originelle.
Et à son tour le Feu Originel dévora la Glace et la changea à eau.
Et à son tour la Glace Originelle figea le Feu et le changea en magma.
Kamilia porta entre ses mains la boule palpitante
Kamilia lui fit écouter le chant d’Hylien-Re et de Loga-Re
Kamilia lui fit écouter son propre chant.
La poussière d’étoile et la sombre matière entrèrent en Harmonie
Le Feu Originel et la Glace Originelle entrèrent en Harmonie
Le Magma et l’Eau entrèrent en Harmonie.

Kamilia referma ses mains sur la boule palpitante et souffla entre ses doigts
Le magma se concentra au cœur, l’eau envahit la surface.
Le souffle enroba le tout et lui donna vie.
Kamilia observa la boule palpitante de vie qu’elle tenait entre ses doigts
La Clé de Voûte l’appela Berceau.
Kamilia déposa le berceau auprès d’Hylien-Re et Loga-Re
Et le berceau résonna en Harmonie avec Hylien-Re et Loga-Re

Alors que Kamilia soufflait, trois gouttes de la matière palpitante filèrent entre ses doigts
Les rattrapant, Kamilia les observa entre ses doigts.
L’une était une goutte d’eau, bleu et reluisante
L’autre était une goutte de poussière froide et étincelante
La dernière était une goutte de sombre matière luminescente
La Clé de Voûte rassembla encore un peu de poussière
Kamilia façonna chacune des trois gouttes en une sphère céleste
La Clé de Voûte appela les trois gouttes Lunes
Kamilia déposa les lunes auprès du Berceau
Et les lunes résonnèrent en Harmonie avec le Berceau

Dans leur danse, Hylien-Re et Loga-Re inondaient le Berceau de Lumière
Kamilia appela la lumière d’Hylien-Re et Loga-Re qui caressaient le Berceau Jour.
La Clé de Voûte confia le Jour à Hylien-Re et Loga-Re.
Et ce fut le premier jour.

Dans la danse du Cosmos les Ténèbres enlaçaient le Berceau
Kamilia appela les ombres qui s’opposaient à la lumière projetées sur le Berceau Nuit.
La Clé de Voûte confia la Nuit aux trois sœurs Lunes.
Et ce fut la première nuit.

A l’aube du Deuxième jour, Kamilia appela Hylien-Re, Loga-Re et les sœurs Lunes.
Kamilia montra le berceau aux sœurs Lunes et leur dit :
« Ce berceau possède la vie, accueillez-le dans la nuit et protégez-la. »
Les sœurs Lunes s’approchèrent et se virent sur la surface miroitante de l’eau.
Alors elles attrapèrent la couverture d’eau et l’attirèrent à elles.
Sous l’eau le magma était devenu dur et apparaissait au sec.
Elle montra le berceau à Hylien-Re et Loga-Re et leur dit :
« Ce berceau possède la vie, accueillez-le dans le jour et protégez-la. »
Hylien-Re et Loga-Re s’approchèrent alors du berceau et le caressèrent de leurs lumières.

Kamilia appela la couverture d’eau Océan et le magma sec et dur Terre.
Elle regarda Océan et Terre et vit que c’était bien.

Et ce fut le deuxième jour, et ce fut la deuxième  nuit.

A  l’aube du troisième jour, Kamilia observa le berceau.
Elle vit les sœurs Lunes attirer Océan dans leurs bras, et le soulever de Terre.
Elle vit les sœurs Etoiles serrer Terre dans ses bras et le brûler de sa puissance.
Kamilia  éloigna Océan des Lunes et chassa les sœur Etoiles.
Alors Elle souffla sur le berceau, et son souffle l’enveloppa.
Les sœurs Etoiles furent repoussées par son souffle pour ne plus blesser le berceau.
Kamilia enchaîna les lunes à Terre pour qu’elles ne puissent plus lui enlever Océan.

Kamilia vit le vide au dessus de Terre et Océan, et elle l’appela Ciel.

Et ce fut le troisième jour et ce fut la troisième nuit.

A l’aube du quatrième jour, Kamilia regarda le berceau et le trouva vide.
Elle entra dans le berceau et observa Océan et Terre.
Alors Kamilia leur dit :
« Vous êtes les enfants de mon berceau et votre matrice donnera naissance à toute forme de vie, herbes, algues et mousses, plantes sauvages, et arbres de toutes sortes. Leurs fleurs deviendront fruits et leurs fruits porteront semences de leurs herbes, algues et mousses, plantes sauvages et arbres de toutes sortes. »
Alors de la matrice d’Océan jaillirent algues et mousses, plantes et arbres aquatiques, et son manteau prit une teinte d’un bleu profond.
Alors de la matrice de Terre jaillirent herbes, plantes et arbres, et elle se recouvrit d’une parure verdoyante.

Kamilia regarda les herbes, les plantes et les arbres de toutes sortes et vit que c’était bon.

Et ce fut le quatrième jour, et ce fut la quatrième nuit.

A l’aube du cinquième jour, Kamilia regarda le berceau et vit Océan.
Elle l’entendit soupirer et lui demanda pourquoi elle soupirait.
Océan lui répondit qu’elle était heureuse d’avoir une parure verte et admirable, mais qu’elle s’ennuyait et qu’elle se sentait seule.
Alors Kamiilia entra dans le berceau et lui dit :
« Terre je t’ai entendu, tu ne seras plus seule désormais. En plus de tes prairies et tes forets aquatiques, je t’offre descendance vive et habile. Je t’offre insectes et animaux marins pour vivre en ta compagnie. »

Kamilia frappa dans ses mains et de la matrice d’Océan apparurent des insectes, verres et crustacés par milliers, araignées de mer de toutes les sortes et de toutes tailles qu’il existe.
Kamilia embrassa Océan, et de sa matrice apparurent animaux de toutes sortes et toutes espèces, poissons et animal qui n’a nulle patte tout comme qui en a quatre ou six, à peau et à écailles de toutes sortes et de toutes tailles qu’il existe.

Kamilia regarda les animaux s’épandre en Océan et vit que c’était bien.

Et ce fut le cinquième jour et ce fut la cinquième nuit.

A l’aube du sixième jour, Kamilia regarda le berceau et entendit deux plaintes.
Elle s’approcha de la boule palpitante et écouta les lamentations.
Kamilia compris alors que Terre et Ciel étaient jalouses d’Océan.
Alors Kamilia entra de nouveau dans le berceau et s’adressa à Terre.
« La jalousie n’es que le reflet de tes désirs et de ton égoïsme, Terre.
Et je ne veux pas que la jalousie corrompe le Berceau. »
Terre compris qu’elle faisait la même erreur que les Sœurs Lunes.
« Kamilia accepte ma repentance, je ne me lamenterais plus.
Cependant  je désirerais te faire part de mon ressentit. »
Kamilia écouta attentivement ce que lui dit alors Terre.
« Kamilia, tu nous a accordé les plantes à Océan et moi, et Ciel n’a rien eu.
Océan a demandé compagnie et tu lui as offert les animaux de toutes espèces.
Et ciel  n’a toujours rien eu, je trouve cela injuste. »

Kamilia s’adressa alors à Terre.
« Tu me penses injuste parce que j’ai accordé les animaux à Océan.
Mais hier tu n’as rien demandé lorsque je les lui ai offerts. »
Terre resta silencieuse et médita à son action.

Alors Kamilia s’adressa à Ciel
« Ciel, il est vrai que tu es vide de toute chose.
Pour t’emplir de vie je t’offre les nuages capables de survoler toute chose et porteurs d’eau et de vie. »
Et le ciel s’emplit de nuages de toutes sortes et de toutes formes.

Puis Kamilia s’adressa à Ciel et Terre
« Je ne veux pas que vous ayez de ressentiment envers Océan. »

« Terre, je t’offre les insectes rampants et les verres grouillants, et tout animal qui n’a nulle patte, qui en a quatre ou six, qui a une peau, une fourrure des écailles ou des plumes de toutes sortes et de toutes les espèces, capable de marcher et courir sur ton sol, parcourir tes montagnes, tes forets, tes plaines et tes vallées. »
Kamilia caressa Terre et toutes sortes d’animaux jaillirent de sa matrice, des petits et des grands de toutes les espèces et de toutes les formes, parcourant sa surface et escaladant ses montagnes.

Ciel, je t’offre les insectes volants et les héolions flottants, animaux volants qui a quatre ou six pattes, qui a une peau, des écailles ou des plumes de toutes sortes et de toutes espèces, ils voleront en toi, parcourront tes nuages, navigueront sur tes vents et se reposeront sur Terre et Océan. »
Kamilia souffla sur Ciel et toutes sortes d’animaux ailés jaillirent de sa matrice, des petits et des grands de toutes les espèces et de toutes les formes, volant au dessus de Terre et Océan et se reposant à leur surface.

Kamilia regarda les nuages, la vie grouillant en Océan, Terre et Ciel et vit que c’était bien.
Et ce fut le sixième jour, et ce fut la sixième nuit.

A l’aube du septième jour, Kamilia observa le Berceau, Terre, Océan et Ciel.
Elle observa les végétaux de toutes sortes, les nuages, les animaux de toutes les espèces qui vivaient sur Terre, en Océan et en Ciel.
Mais malgré toute cette vie, Kamilia trouvait le Berceau vide.

Kamilia prit alors un peu de Terre, d’Océan et de Ciel et façonna un homoncule.
Kamilia prit une goutte de l’essence de l’Ether et la plongea dans le golem.
Kamilia prit une goutte de l’essence de l’Abîme et la plongea dans le golem.
Puis elle prit une branche souple et dessina le corps de l’homoncule.
Alors elle souffla dessus et lui donna vie.
Kamilia embrassa son front et lui donna la conscience du monde.

Kamilia s’adressa à la nouvelle créature et lui dit ces mots :
« Tu as en toi l’Origine, l’Abîme et l’Ether, elles te donneront la force. Tu pourras parcourir Terre et explorer Océan et Ciel, je t’offre ce Berceau mon enfant. »

L’enfant entendit Kamilia et lui répondit ces mots :
« Mère, je te rends grâce de m’avoir donné la Vie. Quelle est mon nom ? »
« Ton nom sera enfant du berceau, Leothan. »
« Mère je te rends grâce, mon nom sera connu de tous et tous reconnaitrons le tien. »
Kamilia déposa son enfant dans le berceau. L’enfant regarda Terre, Océan et Ciel et leur cria :
« Mon nom est Leothan, il est le nom donné par ma Mère et votre mère à tous, entendez le. »
Terre, Océan et Ciel entendirent le nom de l’enfant, et ils reconnurent en lui le nom de Kamilia.

Kamilia regarda son enfant Leothan dans le berceau et vit que c’était bien.
Et ce fut le septième jour, et ce fut la septième nuit.

A l’aube du huitième jour, Kamilia observa Leothan

Leothan découvrait Terre avec toute la naïveté de la nouvelle née qu’elle était.
Elle découvrait et parlait aux montagnes, aux plaines, aux fleuves et aux forêts.
Elle découvrait et parlait aux insectes, aux animaux à nulle patte à quatre et à six pattes.

Leothan découvrait Océan avec toute la naïveté de la nouvelle née qu’elle était.
Elle découvrait et parlait aux vagues et au sel, au sable et aux marées.
Elle découvrait et parlait aux crustacés, aux poissons et aux animaux de la mer.

Leothan découvrait Ciel avec toute la naïveté de la nouvelle née qu’elle était.
Elle découvrait et parlait aux nuages, aux vents et à la pluie
Elle découvrait et parlait aux insectes et animaux qui volent dans les airs.

Leothan parlait à la Nuit et aux Lunes.
Leothan parlait au Jour et aux Astres.
Leothan parlait à l’Ether et à l’Abîme.

Au crépuscule du huitième jour, Leothan s’adressa à Kamilia

« Mère, j’ai parcouru le Berceau
J’ai découvert et parlé aux montagnes et aux plaines, aux fleuves et aux forêts
J’ai découvert et parlé aux vagues et au sel, au sable et aux marées
J’ai découvert et parlé aux nuages, aux vents et à la pluie
Et j’ai découvert les animaux qui vivent sur Terre, dans Océan et qui volent dans Ciel »

Kamilia se présenta devant son enfant et l’écouta.

« Mère, cette immensité emplie mon esprit et mes pensées
Mais malgré cette solitude je me sent seule et triste »

Kamilia s’adressa à Leothan

« Mon enfant, tu as avec toi le Berceau tout entier
Les montagnes, les plaines, les fleuves et les forêts sont tes compagnons
Les vagues et le sel, le sable et les marées sont tes compagnons
Les nuages, les vents et la pluie sont tes compagnons
Et tous les animaux qui vivent sur Terre, dans Océan et qui volent dans Ciel sont tes compagnons »

Alors Leothan repris sa supplique.

« Mère, je suis seule en mon être
Je suis unique face à la diversité du Monde
Mère, la solitude gagne mon cœur »

Kamilia fut troublée.

« Mon enfant, tu as tant de compagnon pour combler le vide de ton cœur
N’est-il pas un seul parmi tous qui t’apporte la joie ? »

Leothan plongea son regard dans la Clé de Voûte

« Mère, bien des compagnons autour de moi m’apportent la joie
Cependant je ne suis comme aucun d’entre eux.
Je suis différente de toutes tes créations, étrangères à chacune d’elle
Mes pensées sont différentes de toutes les autres
Mes joies et mes peines, mes amours et mes mépris
Je ne les reconnais en aucun des compagnons du Berceau. »

Kamilia plongea son regard dans celui de Leothan

« Mon enfant, tu es unique car en équilibre entre l’Ether, la Voûte et l’Abîme
Même si je façonnais un autre homoncule il serait différent de toi.
Aussi je t’offre la fécondité à toi et ta descendance.
Vous pourrez partager ensemble vos pensées
Vos joies et vos peines, vos amours et vos mépris
Et ensemble vous peuplerez le Berceau.
Cependant cette fécondité a un prix.
Ta descendance sera liée à la causalité du Berceau.
Elle connaîtra les joies et les peines, les amours et les mépris du Berceau.
Et en échange de cette vie elle connaîtra la mort.
L’équilibre est un vaste cycle qui va de l’Ether à l’Abîme en traversant la Voûte.
Ton équilibre était unique, un cycle tourné vers l’intérieur.
Maintenant il est un cycle tourné vers l’extérieur.
Va mon enfant, profite de ta vie, car un jour ta mort viendra.
Mais ce jour tu seras entouré des tiens. »

Et Leothan était devenu féconde.
Et Leothan senti les faisceaux ardents de son équilibre qui changea
Et son équilibre tourné vers l’intérieur se tourna vers l’extérieur
Et elle senti les liens de la causalité l’unir au Berceau et à ses cycles de vie et de mort.

Et ce fut le huitième jour, et ce fut la huitième nuit.

Au matin du neuvième jour, Kamilia observa le Berceau
Elle chercha Leothan et la vie endormie repliée sur sa matrice
Une matrice qui pulsait de la première vie de sa descendance.

Kamilia s’approcha alors et lui tissa un chaud cocon pour la protéger.
Kamilia toucha de sa main la matrice de Leothan
Et la vie dans la Matrice toucha la main de Kamilia
Kamilia bénit Leothan et sa descendance
Et visita une dernière fois le Berceau.

Au crépuscule du neuvième jour, Leothan perça le cocon
Elle s’étira de son long sommeil, tenant en ses bras sa première née.
La Nuit s’installa et salua la première née
La première née salua la Nuit.
Les sœurs Lunes accompagnant la nuit vinrent saluer tour à tour la première née
Et la première née salua les sœurs Lunes.
Leothan plongea son regard et son cœur dans le regard et dans le cœur de la première née.
« Je suis Leothan, ta mère, et tu seras Lehorkhan, ma première née. »
Lehorkhan salua Leothan.
« Tu es ma mère, tu es la première d’entre nous tous, Leothan Nanemilis
Je suis ton enfant, le second d’entre nous tous, Lehorkhan Tatemilis
Mère, tu n’es plus seule, et bientôt nous serons une grande famille. »
Leothan sera Lehorkhan entre ses bras et lui ouvrit son cœur
Et ils partagèrent leurs joies et leurs peines, leurs amours et leurs mépris.

Et ce fut le neuvième jour, et ce fut la neuvième nuit.

Au matin du dixième jour, Kamilia se plongea dans une intense méditation.
La Clé de Voûte avait conçu le Berceau et vu et fait naître tout ce qu’il y avait dedans.
Et Kamilia avait offert ce berceau à sa dernière création.
Et Kamilia avait offert une descendance féconde à sa dernière création.
Lorsque Kamilia sortit de sa méditation, sa décision était prise.

Kamilia puisa dans le Feu et la Glace Originelles du Berceau
Kamilia façonna entre ses mains le Feu et la Glace et lui insuffla la vie
Kamilia prit un fragment des baguettes qui frappaient le rythme du Temps
Et Kamilia les plongea dans le cœur de l’être de feu et de glace.
« Tu es Ura, le gardien du Temps et des Amours et Mépris perdus de ce Berceau
Au rythme de ton cœur battant s’écoulera le temps de ce Berceau
Ton existence est liée à ce Berceau et le Berceau est lié à ton existence »

Kamilia puisa dans le chant du Berceau
Kamilia puisa dans le chant d’Hylien-Re et de Loga-Re
Kamilia puisa dans la poussière d’étoile qui vibrait à l’unisson du chant
Et Kamilia tissa la poussière avec les chants vibrants et lui insuffla la vie
« Tu es Yoïd, le gardien du Cosmos de ce Berceau
Au rythme du chant tu guideras le Berceau dans le Balai Céleste
Ton existence est liée à ce Berceau et le Berceau est lié à ton existence »

Kamilia puisa dans le magma Originel du Berceau
Kamilia puisa dans la Chaleur et le Froid, dans le Feu et la Glace du Berceau
Kamilia puisa dans les racines des Cycles du Berceau
Et Kamilia les assembla et les lia ensemble entre ses mains et leur insuffla la vie
« Tu es Keoran le gardien du Flot qui s’écoule de l’Ether à l’Abîme
Ton sang est source de toute vie, de toute force et de toute mort
Ton existence est liée à ce Berceau et le Berceau est lié à ton existence »

Kamilia puisa dans la poussière d’étoile qui enveloppait les sœurs Lunes
Kamilia façonna entre ses mains la poussière d’étoiles et la tissa des ténèbres de la Nuit
Kamilia souffla sur le tissage et lui insuffla la vie.
Et Kamilia le projeta dans les ténèbres de la Nuit.
« Tu es Nokt, le gardien des Nuits de ce Berceau
La Nuit attire le Rêve et le Rêve est empli du Chaos
Ton existence est liée à ce Berceau et le Berceau est lié à ton existence »

Kamilia puisa dans la pulsation du cœur battant du Berceau
Kamilia fila le cocon dont elle avait enveloppé Leothan au Neuvième Jour
Kamilia prit la branche souple avec laquelle elle avait tracé Leothan au Septième Jour
Et Kamilia confectionna une poupée de soie et lui insuffla la vie
« Tu es Soliett, le gardien des Causalités, du Hasard et du Destin de ce Berceau
Ta trame enveloppera toute vie et tu seras le guide de leur existence
Ton existence est liée à ce Berceau et le Berceau est lié à ton existence. »

Alors la Clé de Voûte réunit les cinq Gardiens.
Et les cinq Gardiens entourèrent la Clé de Voûte.
Et la Clé de Voûte d’adressa à eux.
« Vous êtes les Gardiens Principes de ce Berceau
Vos existences sont liées au Berceau
Vos existences sont mutuellement liées
Nulle puissance naissant en ce Berceau ne saura vous atteindre
Car vous êtes le Berceau. »

Et les Principes entendirent la parole de la Clé de Voûte.
Et la volonté de la Clé de Voûte fit écho en leur cœur.

La Clé de Voûte plongea son essence dans les Principes
Et les Principes s’imprégnèrent de l’essence de la Clé de Voûte.

Au crépuscule du Dixième jour Kamilia salua une dernière fois le Berceau
Kamilia salua une dernière fois Terre, Océan et Ciel
Kamilia salua une dernière fois les sœurs Lunes
Kamilia salua une dernière fois Hylien-Re et Loga-Re
Et Kamilia chanta avec elles le Chant du Monde
Et le Chant du Monde apaisa le cœur du Berceau.

Kamilia voulu dire adieu à Leothan et Lehorkhan mais les trouva endormis
Alors Kamilia chanta pour eux le Chant de Leothan
Et Kamilia laissa le Berceau pour aller écouter la mélodie du Chœur des Etoiles

Et ce fut le dixième jour, et ce fut la dixième nuit.
Ainsi naquirent les Temps Primordiaux.
No comments have been added yet.

Add a Comment:
 
×

:iconsoliett: More from Soliett


More from DeviantArt



Details

Submitted on
April 26, 2016
Link
Thumb

Stats

Views
387
Favourites
2 (who?)
Comments
0

License

Creative Commons License
Some rights reserved. This work is licensed under a
Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 3.0 License.
×